COMMENT CONSERVER LONGTEMPS
VOS FILMS ET VOS MUSIQUES

 

RETOUR AU SOMMAIRE

 




 

Les supports numériques sont jeunes. Le CD, qui fut inventé par la société Philips, est né il y a un petit quart de siècle.

On a longtemps pensé que les CDs et les DVDs seraient inaltérables dans le temps. A l'inverse de la cassette VHS qui, en vieillissant, envoie une image striée de lignes et de petits points, à l'inverse, surtout, du vinyle qui finit inexorablement par craquer avec l'usure, le disque numérique resterait intact.

Mais avec le recul désormais disponible, il a vite fallu déchanter. C'est aussi le constat qu'a fait, il y quelques semaines, Jerôme Colombain, journaliste "high-tech" à France Info: les supports numériques vieillissent beaucoup moins bien qu'on ne l'espérait. "Sciences et Vie Junior" écrit la même chose dans son numéro de juin. Certaines grosses sociétés, certaines médiathèques qui avaient tout numérisé ont eu des sueurs froides en s'apercevant que leurs archives n'étaient pas aussi fiables qu'on le leur avait promis.

Pire, quand les vinyles craquaient, ils ne s'arrétaient pas, pour autant, de tourner et de reproduire leur contenu. Idem pour les VHS. Alors que les CDs ou DVDs sont susceptibles, au bout d'un certain nombre d'années, de "disjoncter": ils s'arrêtent, refusent d'aller plus loin, et se remettent au début.

Si vous tenez à conserver "VIVE LA VIE" ou "TAMBOUR BATTANT" le plus longtemps possible, ce qui suit vous intéresse:

LA FIN DES SUPPORTS NUMERIQUES

Le défilé des technologies donne le tournis. Il apparait certain que les CDs et DVDs tels que nous les connaissons sont en sursis. La tendance va vers la "dématérialisation". Dans la foulée des livrets de Caisse d'Epargne qui n'ont plus aucune réalité physique, vos CDs et DVDs vont, peu à peu, se transformer en fichiers. La galette ronde qui peut poser problème va disparaitre.
Il est des signes qui ne trompent pas: les premiers disques durs des enregistreurs de programmes télé étaient une sorte de zone de transit qui donnait le temps de faire le tri entre, d'une part, les films qu'on effacerait après les avoir regardés, d'autre part ceux qu'on graverait sur un DVD pour les garder.
Avec l'arrivée des disques durs à 500 gigas ou 1 teta, on ne grave plus rien: on conserve sur son disque dur; et quand il est plein (au bout d'une centaine de films non-compressés), on en ajoute un deuxième. Si on compresse, on peut mettre non pas 100 films mais 500!

TRANSFORMEZ VOS FILMS EN FICHIERS ET STOCKEZ-LES SUR DES DISQUES DURS

A ce stade, le disque dur de votre enregistreur ou celui de votre ordinateur permettent de stocker ET de sauvegarder.
Certes, un disque dur peut, aussi, disjoncter et l'extraction des données qu'il contenait est une opération aléatoire. Donc, il en
faut deux. Ils ne rendront jamais l'âme simultanément.

Votre enregistreur de salon vous fera très facilement un fichier à partir de "Vive la Vie" si vous le lui demandez poliment...

Si vous travaillez sur votre ordinateur, il vous faudra un ou deux disques durs externes de bonne qualité et quelques logiciels:
C'est ainsi que "NERO" transformera le contenu de "Vive la Vie" en un fichier dit "image", que vous pourrez re-graver n'importe quand si votre DVD d'origine venait à donner des signes de faiblesse. "NERO" s'achète; mais "AUDACITY" est un logiciel de partage gratuit qui rend les mêmes services en audio.

Si vous voulez, aussi, stocker une version compressée de "Vive la Vie" au format "a.v.i", "DVD SHRINK" ou surtout
AVS VIDEO CONVERTER feront l'affaire: vous perdrez le menu, mais pratiquement aucune qualité. Ce dernier vous convertira à peu près n'importe quoi dans tous les sens.

Si, une fois vos chansons transformées en fichiers audio par "Nero" ou "Audacity", vous voulez les convertir en fichiers MP3, "FREE MP3/WMA CONVERTER" (gratuit) vous fera ça en un clin d'oeil et vous serez étonné(e) de la qualité du résultat.

En clair et en résumé, nous vous conseillons de ne pas prendre le risque de laisser (au delà de quelques années) les films et musiques auxquels vous tenez sur des supports numériques.

Roland Fauré, 3/12/2009.