RETOUR AU SOMMAIRE
1944 / 1957


« Les derniers coups de feu tirés dans les rues de Paris, un groupe de musiciens recrutés par moi répète d’arrache-pied » : C’est en ces termes que Jacques Hélian raconte le lancement de son big band. Quelques mois auparavant, il s’était produit à la radio dans une série intitulée « Musique s’il vous plait » avec une formation incluant Lucien Jeunesse (celui de l’ex « jeu des mille francs » ; à noter que Roger Lanzac se produira aussi dans l’orchestre un peu plus tard…), et Francine Aubret. Cette jeune Belge, qui restera un peu plus d’un an et qui sera aussi à l’aise dans le charme que dans la fantaisie, aura pour partenaire un certain…Zappy Max, engagé après avoir chanté sans piano et dansé des claquettes sur de la moquette ! ! .
Nous sommes en Septembre 1944 : « Fleur de Paris » et « Quand allons-nous nous marier ? » sont lancés. Hélian convaincra Maurice Chevalier d'enregistrer aussi "Fleur de Paris" et l'accompagnera. L’orchestre anime très vite des émissions radiophoniques accueillant les vedettes naissantes, comme Yves Montand ou Bourvil. Hélian va rapidement recruter aussi Jo Charrier, violoniste et pitre professionnel. Lorsqu’il entre dans l’orchestre, Jo Charrier déclare : « Jusqu’à maintenant, quand je faisais l’imbécile, on me fichait à la porte; à partir de maintenant, on va me payer ! »
Dès le 16/1/45, un chanteur de charme, Michel Roger, vient compléter l’équipe vocale, mais seulement pour des radios ou des passages attractifs sur scène.
Décembre 45 : Francine Aubret est remplacée par Francine Claudel, qui marquera de sa personnalité des chansons comme « Paris Tour Eiffel » ou « Le Porte Bonheur » mais restera moins d’un an.
C’est en 47 qu’un certain Patoum, un ex de chez Jo Bouillon, vient rejoindre l’équipe des fantaisistes: il sera très vite le gag-man de l'orchestre aux cotés de Pierre Brun et André Martin.
Septembre1947 : Sollicité pour créer et animer des jeux radiophoniques et notamment le fameux « Quitte ou
double », Zappy Max aura le temps, avant de partir, de chanter avec Ginette Garcin , une jeune Marseillaise qui vient prendre la place de Francine Claudel.. Elle restera 4 ans et deviendra l’une des vedettes de l’orchestre.
Toujours en septembre 1947, un jeune homme est présenté à Jacques Hélian par l’éditeur Jean Solar :Il s’appelle Jean Marcopoulos , alias Jean Marco . Formé à la guitare par Johnny Sabrou, il avait déjà écrit des chansons et fait un stage chez Alix Combelle. Marco présente ses chansons : Hélian prend les chansons …et le chanteur.
L’écoute intensive de disques de Billy Ekstine permettra d’affiner la pose de la voix. Jean Marco est fin prêt : il va donner une couleur entièrement nouvelle à l’orchestre. Son style crooner à l’américaine fait de charme et de décontraction, est totalement nouveau en France et va faire un tabac. Le couple Jean Marco/Ginette Garcin va faire les beaux jours de l’orchestre pendant plusieurs années.
1949: cette période est un tournant : en effet, les bonnes saisons commencent à laisser les benefices nécessaires pour les périodes creuses ; des contrats sont signés en Espagne, en Italie, Belgique, Suisse, Afrique du Nord ; Jacques Hélian commence à réfléchir à ce qu’il appelle « les améliorations de qualité ». C’est ainsi qu’ il décide de mettre en place un groupe vocal féminin chantant en parties séparées dans le style des Andrew Sisters. Dans un ensemble vocal suisse « Les Ondelines », Il a repéré une Lausannoise,Claude Evelyne, qu’il engage comme première chanteuse et qui deviendra peu à peu la partenaire de Jean Marco. Rita Castel et Nadine Young complèteront ce groupe. C’est la première fois qu’un groupe vocal féminin se produit dans un orchestre de music-hall. Entrainées pendant 2 semaines à raison de 5 heures par jour, notamment sur « La Danse du Sabre », les chanteuses sont prêtes le 26 septembre 49: Leur chef définit l’ensemble comme « juste, percutant, harmonieux , chaleureux ». Les « Hélianes » sont lancées et , dans une composition qui changera au fil des années, accompagneront l’orchestre jusqu’à la fin de sa carrière. Jean Marco et Henry Tallourd s'associeront aux Hélianes pour former un quintette vocal qui va
être la clé de voute de l'orchestre pendant plusieurs années.
1951 :Suite à des dissensions, Ginette Garcin s’en va; Venue de Bruxelles, la chanteuse
Lou Darley va bientôt rejoindre l’équipe: Aussi à l’aise dans le jazz que dans les mélodies,
elle apportera beaucoup à l'orchestre jusqu’en 1957, notamment (mais pas seulement) quand
il entrera dans une phase moins euphorique.
Pour l’instant, l’orchestre est à son zénith et les 3 films musicaux qu’il tourne coup sur coup
entre 1950 et 1952
contribuent à le rendre immensément populaire. Mais Jean Marco, qui
occupe désormais le devant de la scène, songe à une carrière plus personnelle. Jacques Hélian
fait quelques essais vocaux avec Serge Lancy dans le style "opérette" et Paolo Sardisco dans
le genre "Tino Rossi": des choix peu novateurs; toutefois, nous lui sommes reconnaissants de
nous avoir permis d'échapper au style Luis Mariano....
Le 1er Mai 1953, Claude Evelyne décide de rentrer dans sa Suisse natale. Denise Rosia,
qui avait été repérée par Jean Marco dans un cabaret Marseillais et suivait l’orchestre
depuis quelque temps en attendant son heure, prend sa place.
Dans la nuit du 24 Juin, se rendant à Paris, Jean Marco est percuté par un conducteur ivre;
il est tué sur le coup, ainsi que le saxophoniste Georges Cloud qui était à ses côtés. Ils n’avaient
pas 30 ans. Jackie Bamboo s’en tirera avec quelques mois d’hopital.
L’orchestre est durement secoué ; son chef s’emploiera à le « reconstruire » et il y parviendra
pendant quelque temps.
Connu au Canada où il avait été présenté par Charles Aznavour, Jean-Louis Tristan va accepter
le défi de prendre la place de Marco. Chanteur de talent, il mettra à son actif d’indiscutables
réussites et restera presque jusqu’à la fin. Roger Courcel lui succèdera de septembre 1956 à
mars 1957
. Henri Tallourd qui abandonne de plus en plus souvent son trombone pour chanter,
répondra présent jusqu’au 30 Avril 1956 : 10 ans en tout ! Lou Darley, Denise Rosia et Rita
Castel offriront, au moins pendant les deux premières années,la continuité des voix féminines.
L’ineffable trio des fantaisistes Patoum, Pierre Brun et André Martin fera de même.
.................................................................................................................................................
Jacques Hélian accueillit dans son orchestre Charles Trenet le temps d’un album en octobre
1953, et Bourvil pour diverses chansons en 1949 et 1955.

.................................................................................................................................................
Pour la période postérieure à 1957, voir "Le nouvel Orchestre"

A la recherche d'un nom? Utilisez notre index


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Derrière le chef on reconnait: Lou Darley, Denise Rosia, Rita Castel, Pierre Brun, Paolo Sardisco, Patoum, Jean-Louis Tristan,
Marcel Bianchi.
RETOUR AU SOMMAIRE

 

Photo: Vanessa SERIE
Lou Darley et Roger Courcel pendant une séance d'enregistrement.
Derrière le chef on reconnait: Lou Darley, Denise Rosia, Rita Castel, Pierre Brun, Paolo Sardisco, Patoum, Jean-Louis Tristan, Marcel Bianchi.

 

Francine Claudel, Zappy Max et Jo Charrier
Michel Roger

 

 

 

Jean Marco et Ginette Garcin

 

 

Le quintette vocal avec, de gauche à droite:
Rita Castel, Henry Tallourd,Claude Evelyne,
Jean Marco, Lou Darley.